du Centre

ACTIONS SYNDICALES

La Conf occupe le Conseil d'administration de VIVEA!

24.10.2018 .


23.10.2018 La Conf' était en action ce matin au siège de Vivéa, pour réclamer le maintien du financement des formations à l’émergence, indispensable pour des installations agricoles nombreuses !

Hier matin, une cinquantaine de paysan.nes de la Confédération paysanne, dont plusieurs de la région Centre, se sont invité.e.s au Conseil d'Administration de VIVEA, le fond de formarion des paysan.ne.s, à Paris. Ils ont interrompus la réunion qui devait acter l'abandon du financement du parcours à l'émergence (formation pré-installation). Ils ont ensuite remis à VIVEA la pétition signée par 20 000 personnes, lui demandant de continuer à soutenir ces formations, indispensables pour des installations nombreuses.

Le nombre de paysan.ne.s ne cesse de baisser depuis des décennies et le phénomène va encore s'aggraver: 53% des agriculteurs partiront à la retraite dans moins de 10 ans. Pourtant, nombreux sont celles et ceux qui souhaitent s'installer et donc se former pour réussir leur installation.

Mais Vivéa est sur le point de renoncer à financer ces formations à l'émergence, arguant que les futurs paysan.ne.s ne sont pas (encore) contributeurs du fond de formation. La profession agricole se désengage donc du renouvellement des actifs. Une décision dramatique pour la Confédération paysanne qui se bat depuis trente ans pour des fermes nombreuses sur le territoire.

Le dispositif « émergence », qui pèse pour moins de 2% dans le budget annuel de VIVEA, permet pourtant d'accompagner par la formation collective des porteurs de projets en amont de leur installation. Depuis plusieurs années, il a favorisé l'installation de plus de 25% des nouveaux paysan-ne-s, futur-e-s contributeurs au fonds.

Les paysan.nes de la Confédération paysanne ont donc occupé aujourd'hui la salle du Conseil d'administration de Vivéa pour demander que le renouvellement des générations reste une priorité. Les membres du Conseil d'Administration (en grande majorité de la FNSEA*) ont refusé le dialogue et quittés la salle. C'est manquer de respect aux 20 000 signataires de la pétition. Paris les signataires, beaucoup de personnes devenues aujourd'hui paysan.ne.s et qui racontent comment ces formations ont été un atout, voire un appui indispensable pour leur installation.

Lien vers la pétition et les nombreux commentaires

LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître les autres délégations locales
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Copyright Confédération paysanne du Centre